Entre bonheur et liberté, faut-il choisir?

Thème :               « Entre bonheur et liberté, faut-il choisir ? »
            
Essai de restitution du débat, café philo de chevilly-Larue. 
                                                      7 juin 2000.
Animateur : Olivier Pascault.             Modérateur : Gaston Mambu           

 L’animateur engage le débat en proposant quelques pistes de réflexion sur la liberté et le bonheur. A son avis la liberté est d’ordre politique, celle vécue « dans la cité ». le bonheur revêt un double sens : l’un en latin signifie, « la vie quotidienne de chaque individu », l’autre, à tendance humaine traduit, « le plaisir ». il y a donc un choix à faire entre les deux, car les libertés peuvent favoriser le bonheur.
Débat   Le bonheur est l’état de choix personnel. C’est aussi la liberté de choisir librement. Cela peut avoir un caractère affectif, une compassion des autres par des actes. Ces valeurs ont un impact sur la vie. « PEUT-ON TROUVER LE BONHEUR DANS LA LIBERTE » ? »
   –
« Je pensais il y a trente ans que la liberté, c’était de faire selon mon bon vouloir », maintenant je pense plus que l’on est exposé soit à la contrainte, soit à la liberté.
   – En 1793 Saint Just disait que « Le bonheur est une idée neuve en Europe », ce qui s’adressait aux peuples asservis. Il posait le problème du bonheur comme un droit, parlant du bonheur et de la liberté, c’est parler tout simplement de bonheur puisque le contraire de celui-ci c’est le malheur. « Les libertés publiques ou politiques restent toujours à conquérir ». 
   –
 « La notion du bonheur paraît une réalité pour les uns et une utopie pour les autres »
    –
Bonheur et liberté sont des mots opposés, j’assimile le bonheur à un ressenti interne, donc sentiment personnel, alors que la liberté est une situation extérieure appréhendée par rapport à soi-même, d’où le souhait de faire un choix entre bonheur et liberté.
   – Le bonheur et la liberté sont identiques. Ils concourent à la recherche d’un équilibre personnel  et du bien être. La liberté est stratifiée et il n’y a aucun choix à opérer.
   – Le bonheur existe-t-il vraiment et n’est-il pas qu’une perspective de recherche ? La liberté, cependant même avec ses contraintes offre une possibilité d’expression de sa liberté, c’est « la liberté d’être et de  penser »
   – L’animateur. Charles Bauer, auteur qui a longtemps vécu en prison, s’interrogeait sur le pourquoi la liberté rentrait dans sa vie personnelle. Depuis le Moyen-âge la liberté émane de l’abolition de l’esclavage. Il questionne l’assemblée : Le bonheur est-il essentiel ? La liberté dépend t-elle des autres ?
   – On ne peut dissocier bonheur et liberté qui se conjuguent avec la citoyenneté. D’où la notion de bonheur collectif ou communautaire du fait de vivre tous ensemble sur cette même planète.
   – J’ai expérimenté un bonheur collectif au travers de danses traditionnelles bretonnes exécutées uniquement avec des chants interprétés sans aucun instrument de musique ; « La bonheur collectif existe quand un pays retrouve sa liberté » !
    –
Je réfute cette notion de bonheur collectif. La philosophie marxiste sous-tend que le bonheur des individus n’est que par la transformation de la société.
   – Le principal bonheur d’un enfant, c’est d’apprendre toute sa vie. Quel est ce besoin d’apprendre ? Tous les aspects de « l’apprendre », notamment les « savoir faire » nouveaux, rendront l’enfant affranchi et responsable, pourvu que les éducateurs aient une conscience ouverte susceptible de développer toutes ses potentialités. »Le bonheur n’est ni un dû, ni une commodité ».
   –
Les enfants n’éprouvent pas le bonheur  d’apprendre, le fait chez un enfant de découvrir lui procure la joie.
    – Le bonheur dans les pays où règne la consommation tue l’esprit de liberté.
    – La liberté de penser, c’est essentiellement la liberté de tout lire, et aussi celle de pouvoir se rebeller contre le pouvoir en place. L’article des droits de l’homme et du citoyen consacré à l’absence d’esprit égalitaire  doit autant être mis en avant que ceux de 1789

   – La philosophie bouddhiste vise à trouver un équilibre entre bonheur et liberté.

 

Cette entrée a été publiée dans Non classé, Saison 1999/2000, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Entre bonheur et liberté, faut-il choisir?

  1. cafes-philo dit :

    Enfin un thème qui n’est pas politique, même si on sent que certains y reviennent régulièrement

  2. Severine dit :

    J’aime ce site. Je trouve les réflexions faites très approfondie. Il y a un bon rapport entre Bonheur et Liberté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>