la raison du plus fort est-elle toujours la meilleure?

 Thème :       « La raison du plus fort est-elle toujours
                                            
 la meilleure ? »

  Essai de restitution. Débats du café philo . Chevilly-Larue
                                         22 novembre 2000
Animateur : Guy Philippon.            Modérateur : Micheline Bezaud.              

En introduction, la fable de La Fontaine, le loup et l’agneau, qui illustre le thème de ce débat.

Débat: – « Selon que vous que vous soyez fort ou misérable » (d’une autre fable de La Fontaine). Dans la question, « force » et « raison » s’opposent ; la définition de la raison étant ici, jugement et rationalité éloignée de toute subjectivité. Quant au terme meilleur, il reste ambigu, chacun étant persuadé que son jugement est le meilleur.
    – La raison c’est aussi les motivations et les arguments.
     – Et de citer Gandhi qui, avec son rouet, a mis l’empire britannique en échec  sans avoir à employer la force, il a prouvé qu’il le faire sans force brutale.
    – Gandhi n’était pas le seul, une force autour d’une idée peut gagner.
     – L’inertie n’est pas obligatoirement une faiblesse et j’ai été « époustouflée » en voyant le nombre de sens du mot « raison ».
    – Si la raison est vraiment la meilleure, alors il faut se ranger à cette raison. Mais souvent la raison s’appuie sur la force, « il y a plus de militaires que de philosophes ».
     –
La raison du plus fort s’apparente à la voix de la sagesse. Celui qui a besoin des autres pour se prouver qu’il est plus, c’est la réalité d’aujourd’hui.
    – Comment me persuader que la puissance de l’autre est la meilleure ?
     – Allez le dire aux Indiens d’Amérique, aux Juifs, aux femmes battues ou violée…qui font face à quelqu’un de plus fort.
     – Dans la vie et dans cette question, il y a une référence constante à la personne qui émet l’argument. Si celui-ci est le plus fort (exemple Fmi), il a raison. Derrière cet exemple, c’est la référence à la personne. Quelle que soit la nature de la raison, la personne qui a la possibilité de l’imposer, a raison !
     – La force est puissance et pouvoir. Qui l’applique ? Celui qui a la force politique, économique, ou intellectuelle ?
    – Entre les trois termes : raison – force – violence, il y a des différences. Ceux qui ont le pouvoir veulent aller vite. De quelle violence s’agit-il ? La violence lorsqu’il y a un oppresseur (société, pouvoir, quartier…) ou la violence légitime de ceux qui s’y opposent ? Dans de nombreuses parties du monde, il est légitime de se révolter.
      – La raison du plus fort peut être aussi, néfaste pour celui qui l’exerce : « Quand la lutte s’engage entre le peuple et la Bastille, c’est toujours le peuple qui finit par avoir raison ». (Charles De Gaulle).
     – Ne sommes-nous pas tour à tour, le plus fort, et le plus faible ?
     – Quand il y a deux individus il y a échange. La raison du plus fort pour une bonne cause est juste. La raison du plus fort est toujours négative quand il s’agit de question de pouvoir dans notre société hiérarchisée. Dans une famille les parents dominent les parents, ce sont les parents qui ont raison et l’enfant toujours tort. C’est la dictature des parents.
     –  Les manifestations de la raison sont différentes selon les régions, les pays, les continents, les familles…
     – C’est quoi le raisonnable ?
     – On ne peut pas être fort tout seul, et il faut apprendre à penser, à réfléchir ensemble. Les dictateurs empêchent  l’enseignement de l’histoire, de la lecture, de la philosophie. Si l’éducation était dispensée dans le monde entier, les individus auraient la possibilité de penser et de réfléchir ensemble.
     – Le plus fort détient raison et vérité, Soixante ans après Copernic, Galilée confirme que la terre est ronde, que la terre n’est pas l’astre central de l’univers……Copernic est excommunier, Galilée doit renier sa théorie. Finalement le rationnel (ou admis comme tel) l’emporte sur la raison spirituelle, la vérité révélée l’emporte sur la vérité scientifique.
     – La raison du plus intelligent est-elle toujours la meilleure ?
     – La raison du plus forme c’est un sentiment de domination. Et le « chef a toujours raison ».
     – Dans ce monde, il y a des gens qui ont le pouvoir, qui affament les autres, qui polluent, et nous avons beau faire preuve d’intelligence, nous pesons très peu.
     – Pourquoi ne prenons-nous pas conscience de notre force ?
     – On subit, on lutte, ou bien on essaie de convaincre, que faut-il choisir ?
     – La force c’est la capacité morale du caractère. Avec la richesse, le luxe qui marche bien, nous ne sommes pas assez attentifs aux faibles. Quand on est seul, c’est difficile d’être celui qui est le plus fort. L’homme est un animal politique, avec accès à tous les possibles. Si on lui cache ce qui existe c’est vouloir le dominer.
     – La guerre du Vietnam a duré trente ans… la raison du plus fort ne l’a pas emporté.
     – Quand le raison du plus faible trouve des soutiens elle l’emporte, c’est Zola qui alerte, qui « accuse » pour secourir dreyfus.
     – La raison du plus fort évolue, pourquoi la raison du plus fort ne serait-elle pas de résister au luxe et à la violence, pour aller vers plus de compréhension, de souplesse, l’harmonie, la non violence.
     – Le faible peut être camouflé derrière un fort.  Revenant à la force d’un groupe, il y a différence entre la force d’un groupe agissant et celle d’un groupe réfléchissant.
     – Notre vision est très occidentale, on reproduit nos rapports parents/enfants, on emploie la première personne, ce n’est pas le cas d’autres cultures où l’on emploie le « moi nous », ainsi le rapport dominant/dominé repose sur le groupe.
     – La fore est dans la raison de s’unir, et les tribus on tenu parce qu’il y avait un chef, on peut s’unir et s’enrichir.   
     – La raison du plus fort, c’est d’avoir intérêt à être le plus fort.
     – Il est nécessaire de refuser certaines forces, certains pouvoirs. Quelle est la force, le pouvoir pour changer ce monde ? « Je me suis dit que j’avais une infime parcelle de ce pouvoir…. ». (99 frs. Beigbeder)
     – Nous n’avons pas évoqué les conflits relationnels dans le couple, ni force physique et force morale..

Conclusion : Nous avons discuté de la force et de la raison. Pour revenir au « loup et à l’agneau » Celui qui semble le plus raisonnable, c’est l’agneau et le plus fort, le loup. Cela prouve que la raison n’est pas que la force, et elle n’est pas la force ; D’autres gens réfléchissent ils ne sont pas la force, mais ils ont raison. Nous appelons conflit ce que d’autres appellent guerre, la force peut l’emporter, mais on ne tue la raison et l’intelligence. Beaucoup d’intelligence subsiste. On a fait appel à ceux qui ont fait appel à la raison. Rendre dérisoire ce qui est tyrannie, c’est avoir raison. Il ne faut pas être pessimiste quand la force l’emporte à un moment, car c’est la raison qui vaincra, tôt ou tard.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, Saison2000/2001. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à la raison du plus fort est-elle toujours la meilleure?

  1. Aure dit :

    Peut être est-ce bien plus la raison du meilleur qui est la plus forte ?

  2. Cette explication me donne une clarification.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>