Quelle part faisons-nous à l’ÊTRE et au PARAÎTRE ?

Thème « Quelle part faisons-nous à l’ÊTRE et au PARAÎTRE ? »

Essai de restitution du café philo de Chevilly-Larue.
31 mai 2002

Modérateur : Henri Sylvain                                    
Introduction au débat: Guy  Pannetier

Animateurs : Guy Philippon – Guy Pannetier

Introduction : L’apparence, a toujours revêtu une grande importance. Nous avons besoin d’être appréciés, voire d’être aimés des autres. Voltaire nous dit que « l’amour de nous-même suscite l’amour des autres ». L’apparence détermine toujours une première opinion. Toutes nos idées nous viennent de nos sens. « L’Homme est perfectible » a-t-on dit. Nous pouvons agir sur notre être, comme sur notre paraître et les deux ne s’opposent pas. Nous appréhendons toujours à partir de notre seul regard. « Les astres tournent tous autour de la terre » avait dit Ptolémée.  Porter tous les mêmes vêtements, avec les mêmes logos, c’est pour certains, être, alors que ce n’est que le paraître. Que de subjectivité dans le paraître, nous leurrant souvent sur ce qui est (le mythe de la caverne de Platon). Que ne fait-on pas pour l’apparence ?

Débat :   –  Être et paraître, ce ne sont pas que les apparences. Tout est comportemental, car tous nous jouons un jeu de rôle, plus ou moins constant. Les ramener à des notions physiques casse l’être et le paraître.
-En même temps, se pose le problème de l’être social.
-Si tu vois les gens, tu n’as pas un regard vide.
– L’être et le paraître jouent un rôle dans la vie de tous les jours. Il  ne faut pas juger que sur le paraître.
– Si je porte tel ou tel vêtement, dit la suivante, c’est  pour mon plaisir personnel. Le vêtement n’est qu’un prolongement de ma façon de penser.
– Trois approches sur l’être : 1- être c’est ce qui est authentique et qui se substitue à soi. 2- être c’est s’y substituer et y demeurer. 3- Une définition de l’être ne peut qu’être circulaire donc absurde.
– Pour  définir l’être,  on est obligé d’employer le mot par lui-même d’où une circulaire ou une tautologie. Nietzsche disait « L’être  n’est que le plus creux des concepts,  la dernière vapeur de la réalité volatilisée ». Pour Kant, « le seul être connu, c’est le phénomène ». Un poème de R. Kipling intitulé « If » se termine par « tu seras un Homme, mon fils ». On se protège derrière le paraître et le fond de la personne se dévoile dans le paraître. Peut-on différencier la politique de l’esthétique ?
-L’art création, c’est l’être, l’œuvre c’est le paraître.
– Si l’être est un concept, alors heureusement qu’il y a le paraître.
– Il est rappelé la philosophie des grecs, dans le livre de l’exode. Peut-on avoir une éthique esthétique qui n’est pas politique ?
-Quand je « bosse » ce n’est pas un paraître mais un être.
– Notre mal-être ne provient-il pas du fait que nous paraissons être au lieu d’être ?  Dans « La grande Triade », René Guénon parle « d’un Homme réalisé ». La pensée est ouverte.  On repart avec plus de questions, c’est la science du doute.
– Le paraître, n’est que le déguisement de son être, afin de ne pas être vulnérable.
– Etre soi dans sa totalité, c’est prendre un risque et s’exposer par rapport aux autres et à soi. Il faut du courage.
– Le Paraître est une façon de se dissimuler.
– Il y a une dualité dans le paraître.
– Le plus rapide et le plus immédiat, c’est la forme et la manière. La peinture est le moyen d’exprimer ses émotions et dans cette peinture il y l’être et le paraître.
– Puis-je être sans paraître?   Je n’ai jamais pris les toiles pour un paraître.
– Le paraître n’influence-t-il pas son être ?
– Le bonheur de transmettre ce qui change, c’est la visibilité et la lisibilité d’un être, dit le suivant.  Il y aura ainsi une autre écoute. C’est cela qui fait que certains ne meurent pas anonymes.
– C’est aussi la puissance de la parole et des mots échangés.
– On ne vit qu’à travers le regard des autres très souvent.  C’est frustrant.
– Ces questions ne se posent pas dans une civilisation ou il y a partage  et échange. L’émotionnel rencontre le relationnel de l’autre. L’un doit s’exposer pour que l’autre puisse répondre. Le philosophe Devinas disait « il faut qu’on envisage l’autre avant de le dévisager»
Quelqu’un qui a le sourire aux lèvres, c’est agréable, mais  celui qui sourit tout le temps ne paraît pas sérieux.
– Il existe le délit de faciès dans tous les sens.
– Pour les Grecs, la séduction existait mais il fallait en délimiter les moyens, les limites et les effets. Chez l’être humain ce qui délimite le doute, c’est le désir d’agir.

Pour mieux appréhender la philosophie, deux ouvrages parus aux Editions de Poche : « Le Monde de Sophie » de Jostein Gaarder et le livre « Petite philosophie à l’usage des non philosophes » d’Albert Jacquart.

Cette entrée a été publiée dans Saison 2001/2002, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Quelle part faisons-nous à l’ÊTRE et au PARAÎTRE ?

  1. julien drogoz dit :

    On est avant de paraitre,mais on est pas toujours ce qu’on parait etre.
    L’air ne fait pas la chanson.
    L’habit ne fais pas le moine.

  2. julien drogoz dit :

    L’habit ne fait pas le moine.

    • Julien drogoz dit :

      Le fait que j.m. le pen ne s’entende pas avec marine le pen est une masquarade,une comedie d’ou l’art du paraitre.
      C’est mal connaitre la famille le pen et son fonctionnement.
      Tout est dans l’air et rien n’est dans la chanson.

  3. errachidi abdessamad dit :

    l’être c’est le fond ,le paraitre c’est la forme

    Le miroir reflète t-il le paraitre de l’Être?

  4. christian dit :

    Nous sommes à un moment donné ce que nous faisons volontairement ne peut s’agir que de l’Etre c’est à dire, notre personnalité, cette identité à chacun. par contre le paraitre, se reconnait dans son manque de naturel, sa pâleur, son ignorance et cherche à tout prix à ressembler à l’Etre.

  5. kandé dit :

    l’être c’est le fait d’ètre,mais le paraître c’est le semblant d’être quelque chose qu’on n’est pas.cette difference n’est pas assez connue par le peuple africain.les poliques se servent du paraître pour nous tromper.

  6. kandé dit :

    l’être et le paraître être font deux.le prémièr rélève de l’essence et le second de l’existence.

  7. Gérard PANIZZI dit :

    Ce sera le thème de notre prochain café philo à PAÏTA le samedi 17 mars à 15h.Donc en attendant nous réfléchissons.
    Gérard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>