Connaître la vie d’un écrivain nous aide t-il à comprendre ses oeuvres ?

 Thème :          « Connaître la vie d’un écrivain nous aide t-il
                                       à comprendre ses œuvres » ?
                   Essai de restitution du café philo de Chevilly-Larue
                                               7 décembre 2005 Modérateur : Christian Lacaud
Introduction : Guy Philippon.                                  
Animateurs : Guy Philippon. Guy Louis Pannetier.

 Introduction : Quelle frontière mettons-nous entre écritures, littéraire et philosophique. La plupart des écrivains que j’aime écrivent des romans qui expriment une philosophie. Qu’est-ce qu’un écrivain, est-ce de sa vie dont il parle quand il travaille sur son œuvre, oeuvre qui construit sa vie d’écrivain ? « Un écrivain ne confie tout, ni à ses journaux intimes ni à sa correspondance ; seuls ses personnages racontent sa véritable histoire, celle qu’il n’a pas vécue ». (François Mauriac) Cet écrivain, c’est un peu nous. « Le livre essentiel, le seul livre, un grand  écrivain n’a pas à l’inventer, puisqu’il existe déjà en chacun de nous, mais à le traduire. Le devoir et la tâche d’un écrivain sont ceux d’un traducteur ». (Marcel Proust)

 Débat :  On a du mal à lire un écrivain que l’on connaît, l’approche est faussée. Par exemple Prévert. Pour un écrivain qu’on adore on préfère ne pas le connaître, de peur d’un décalage entre l’œuvre et l’auteur (l’homme et le créateur).
    – Dans le Café philo : « A quoi sert la littérature », l’introduction au  débat citait Descartes : « La lecture de tous les bons livres est comme une conversation avec les plus honnêtes des gens des siècles passés, qui en ont été les auteurs, et même une conversation étudiée en laquelle ils ne nous découvrent que le meilleur de leurs pensées». Mais est-ce bien la démarche d’un lecteur de chercher à connaître l’auteur du livre qu’il lit ? Certains auteurs ne sont en rien définissables au regard de leurs œuvres. Comment imaginer l’auteur d’un livre de science fiction ? Des livres policiers sont écrits par des dames bien sages, très anonymes parfois. Une auteure comme Régine Desforges, écrivain éclectique, est difficilement cernable; ses oeuvres vont du conte pour enfants, au livre sur la broderie, sur la cuisine, livres érotiques, romans. Même si on adore les œuvres de Sacha Guitry, le théâtre de Jean Anouilh, on préfère ne pas trop en savoir sur leur complaisance avec l’occupation allemande ; et même si l’on est obligé de reconnaître parfois du talent à Barrès, à Céline, a-t-on intérêt à connaître ces hommes ?
    – Il peut y avoir décalage entre la vie de l’auteur et son œuvre ; J.J Rousseau, alors qu’il écrivait l’œuvre célèbre sur l’éducation des adolescents « Emile » abandonnait ses enfants. A l’inverse des romanciers sont calqués sur leurs personnages : le « Poil de carotte » de Jules Renard évoque son enfance. Ce qui n’a rien à voir avec les bibliographies nombrilistes, d’étalage de pathos que nous voyons aujourd’hui.. 
     – N’oublions pas que certains  éditeurs fixent les principales lignes d’un roman, d’un écrit, auxquels participeront des « Nègres ». Des œuvres sont écrites en équipes de « writers ».
    – Certains écrivains ne transposent-il pas dans des personnages : leur vie, leurs sentiments, leurs aspirations. D’autre part des œuvres mettent en scène des personnages admirables ou pittoresques, alors que l’auteur a pu s’avérer en opposition avec leur personnage.
    – En l’occurrence le personnage de Don  Quijote (Don Quichotte)  est peut-être le contrepoint de la personnalité de son auteur.
    –  Soulignons au passage le coup de génie de Cervantès d’en finir avec le Moyen Âge, tourner en ridicule la chevalerie, l’amour courtois, et d’ouvrir à une période nouvelle, la Renaissance.
    – Certains auteurs, à propos de leurs écrits peuvent sembler inacceptables, (Sade). 
    – Un auteur évolue sur tout le registre de notre imaginaire, il nous peint aussi, parfois, son environnement, un milieu social, une époque…C’est exprimer le non discible, car «  écrire c’est dire sans être interrompu ».
    –
Soyons concret, c’est l’œuvre qui prime, il ne faut pas que la connaissance de l’auteur nuise au jugement esthétique. Si une œuvre m’émeut, la première démarche n’est pas de savoir qui en est l’auteur mais de savoir pourquoi elle m’apporte quelque chose de différent : « Un virement d’être » selon Bachelard.
    – Un grand écrivain peut vivre dans son  temps et vivre ce qu’il  dit. Parmi d’autres on peut citer Zola, l’affaire Dreyfus, « J’accuse » !
    – Paul Claudel dans une opinion tranchée, dit que les écrivains peuvent difficilement être saisis à travers leurs œuvres, car écrire peut créer une personnalité qui échappe pour partie à l’auteur lui-même : «La plupart des hommes de lettres ont été des monstres d’égoïsme et de vanité. La littérature dessèche le cœur, elle nous habitue à nous regarder, à nous servir de nos sentiments comme des matériaux à les exagérer et les fausser, à les exposer devant le public en vue d’un effet à produire. Un auteur est un acteur toujours en scène et toujours préparé à utiliser ce qu’il sent ». Peut-être se décrivait-il?
    – Il est des écrivains qui « produisent des livres », des écrivains qui créent du sens.
    – L’œuvre crée parfois une image virtuelle de l’écrivain, des « voyageurs immobiles » nous ont fait découvrir le monde et des mondes…
    – Des auteurs sont des paradoxes en ce sens où leur oeuvres nous livrent comme une prémonition d’un monde à venir, tel Kafka avec ses récits allégoriques (La métamorphose, le Procès). Rappelons que toute sa famille va périr dans des camps Nazis…
    – Certains auteurs, plus que de se livrer au travers de leur œuvre sont d’abord le témoin de leur temps, d’un modèle de société : Soljenistyne inscrit dans l’histoire le monde des goulags, interpellant même ceux qui n’y croyaient pas. Dans un genre bien différent, Molière, « homme des planches » nous livre avec génie un témoignage de son temps, entre ses personnages, ses oeuvres et lui-même.
    – C’est parfois une méthode d’enseignement que de faire connaître, aimer la littérature, en étudiant un auteur : Proust pour les figures de style, Balzac pour l’étude des caractères….
    – En découvrant les propos de Nietzsche, on peut se poser des questions : comment et pourquoi un individu peut-il avoir une telle haine de ses semblables ? Dans ce cas le chemin a été inverse, chercher à connaître l’auteur pour tâcher de comprendre, d’appréhender l’œuvre. F Nous sommes partagés sur la définition d’une « œuvre » : un ouvrage marquant, ou l’ensemble des œuvres d’un auteur.
    – Le recul nous permet aussi de mieux  juger une œuvre : Alexis Carrel prix Nobel 1921, avec « l’Homme cet inconnu » préconise des méthodes sélectives de l’espèce humaine (eugénisme) et l’utilisation de techniques qui aboutiront au Zyklon b dans les chambres à gaz.
     – Un auteur peut écrire différemment ce qu’il ressent ? On ne doit jamais écrire ce que l’on aime. L’oubli et le silence sont la punition qu’on inflige à ce qu’on a trouvé laid ou commun, dans la promenade à travers la vie.  
    – Mais aussi parfois écrire ce que l’on ne peut que détester : Primo Lévi témoignera de l’horreur des camps d’extermination
    – Des écrivains ne peuvent être représentés par leur œuvre, telles les créations imaginaires ou fictions (avant gardistes) de Jules Verne. Souvent nous ne leur demandons que de nous sortir du quotidien, nous offrir une évasion,  nous insuffler une certaine énergie,  nous transcender même…
    – Ecrire en parlant de soi ; comment témoigner en évacuant ce qui pourrait paraître comme impudique ?
    – Il se peut qu’écrire soit une forme de thérapie, vouloir, à partir de son expérience, témoigner, tel George Semprun  « l’Ecriture ou la vie»  et  Garcia Marquez « vivirlo para decirlo » (Vivre pour la raconter).
    – Trois écrivains m’ont donné le goût d’étudier leur œuvre : George Sand, Antoine de Saint Exupéry et Albert Camus. Tous les trois sont confrontés très tôt à la réalité, à la mort. Tous les trois ont perdu leur père dans l’enfance..    George Sand, élevée par sa mère et sa grand-mère apprendra à aimer lire. Elle choisira un nom d’homme pour avoir le droit d’écrire et sera la première femme à vivre de sa plume. Antoine de Saint-Exupéry sera élevé par une mère aimante. La mort de son père et de son frère lui apprendra très tôt à ne pas avoir peur de la mort. Il la rencontrera souvent de près avant de disparaître dans le ciel. Il exercera le métier d’aviateur, écrivain transportant des écrits à travers la  «Terre des hommes ».  Albert Camus, lui aussi  sera élevé par sa mère et sa grand-mère, deux femmes illettrées ; il apprendra dans le silence et dédiera un livre « A celle qui ne le lira jamais », (sa mère).
Pour chacun d’entre eux, toute leur vie ils résisteront aux pressions de leur époque, ils ne renonceront jamais à la recherche du sens de la vérité.  
    – La vie et l’œuvre sont conjointes chez un auteur. Connaître l’oeuvre ou l’auteur, parler des auteurs plutôt que des œuvres, parler des œuvres sans les auteurs, ne sont pas sans poser des problèmes philosophiques.    

Conclusion : Vouloir connaître un auteur à travers son œuvre ne peut qu’enrichir. Attention toutefois que ce ne soit pas regarder le doigt  quand on vous montre la lune.. La littérature est devenue un tel marché qu’elle se doit d’obéir aux lois marchandes. Ce qui nous donne des battages publicitaires où tout tourne autour de la personne, de l’auteur, sans aborder véritablement  son œuvre. C’est ce que nous voyons hélas, avec Houellebecq, ou Nathalie Nothomb, lors d’émissions promotionnelles où des médias s’adressent à des gens qui achètent parfois des livres mais ne les lisent pas toujours. N’est-ce pas une présentation  médiatique « déculturante », sorte d’imposture culturelle, faisant la promotion d’une érudition pédante, qui ne donne pas le goût de lire, qui ne sert pas la littérature.

 

Cette entrée a été publiée dans Saison 2005/2006, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Connaître la vie d’un écrivain nous aide t-il à comprendre ses oeuvres ?

  1. guylite dit :

    c’est époustouflante!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>