Alpujarras. Printemps des poètes 2003

Printemps dans les Apujuarras de Sierra Nevada

Passé les défilés, passé la roche abrupte
Par quelque pont étroit on va vers la montagne.
C’est en ce mois de mai, que la nature exulte.
Et c’est l’enchantement, l’ivresse qui vous gagne

Là, entre ciel et terre, dans un déluge floral
C’est trouver  tout à coup une autre dimension
Univers fantastique d’un artiste génial
Où les fleurs et la neige se partagent l’horizon.

Les ruisseaux qui murmurent  entre les lauriers roses
S’en iront serpenter dans les ruelles de Campanéira
Le temps semble arrêté, l’horloge fait une pose.
Et les roches se souviennent de la Reconquista

Le tumulte des hommes, se noie dans ces espaces muets
lesquels nous ramènent à quelque modestie.
C’est un pèlerinage, que nous ferons en mai
Quand la Sierra Nevada, célèbre l’harmonie

Ecrit, et dit par Guy Louis Pannetier
lors du printemps des Poètes 2003
à l’Haÿ-les-Roses le 12.03.2003
Sur le thème : «  Poésies du monde ».

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Alpujarras. Printemps des poètes 2003

  1. Romuald dit :

    Cet article est tre8s inte9ressant. Je pense que c est inte9ressant que c est une chose qui arvrie souvent chez un chauffeur de taxi e0 Que9bec et probablement aussi pour un chauffeur de . A mon avis, il semble tre8s difficile d eatre un chauffeur de taxi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>