Chronos. Printemps des poètes 2003

Chronos

Chronos était un dieu glouton
Qui dévorait les enfançons
Que la terre mère lui donnait
Car le destin qui tout connaît

Avait dit la fin de son règne
Gaïa, mère dont le cœur saigne
Trompant Titan, maître du temps
Avait sauvé Zeus son enfant

Le temps enchaîné s’écoula
Au sablier d’Al Jézirah
C’était la fin de l’âge d’or
Les dieux ont scellé notre sort

Prométhée s’est fait le martyr
Et, entre travail et loisir
L’homme n’a plus le choix des larmes
puisqu’il a fait celui des armes.

Ecrit, et dit par Florence,Desvergnes
lors du printemps des poètes à L’haÿ-les-Roses
le 12 mars 2003.

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>