La faiblesse

La faiblesse
(Acrostiche)

La faiblesse est-elle une force possible ?

Faiblement alanguie immobile et sans voix
Aspirera le suc éphémère et sucré
Imagine un monde peint aux murs ocrés
Boussole d’un mammouth qui deviendra ta proie
Lestement calculé c’est à ton libre choix
En échangeant quelques coquillages nacrés
Succédané d’un goût pour les choses sacrées
Sevrage pour les uns, c’est lui qui fait les rois
Enfin pour tout savoir de ce bout de voyage
Force est de constater que malgré ses naufrages
Odysseus est plus fort que le fils de la mer
Ravalons nos rancœurs et le fiel de la vie
Cravachons un cheval armé de nos envies
Et cessons de maudire ce qu’a dit notre mère.

Ecrit, et dit par Florence Desvergnes, lors du café-philo de l’Haÿ-les-Roses
le 5 novembre 2003.
Thème du débat :
« La faiblesse peut-elle être une force? »

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>