Afrique

Afrique

Je me souviens d’un jour lointain
J’avais regardé s’éloigner
Le paradis. Et mes poignets
Regrettaient les arbres sans tain

Au delà du rift, la savane
Il fallu bien survivre, marcher
Et sans armes apprendre à chasser
Face au roi Lion qui se pavane

J’ai appris bien des choses en somme
Courir, faire du feu, discuter
Marcher vers le Nord et lutter
Aujourd’hui que l’on m’appelle Homme

Que reste-t-il du temps d’avant
La guerre du feu ? Mes cousins
Les bonobos le savent bien
Etre sage sans être savant

Ecrit, et lu par Florence Desvergnes
Lors du printemps des poètes 2004
A l’Haÿ-les-Roses le 10 Mars 2004

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>