Femmes et religion

Femmes et religions

Une Vénus aux formes arrondies
A proclamé à la face du monde
Le triomphe d’une terre féconde
Elle a perdu la guerre à ce qu’on dit

Et lorsque Mars du haut du ciel fondit
Ce fut le début d’une guerre immonde
– Pourtant la pomme d’or était bien ronde !
Mais Minerve la sage répondit :

– Le prix de la beauté est bien amer
Elle consacre ta mise en esclavage
Captive, épouse et mère est un breuvage

Je n’en ferais pas un plus long sommaire
La pomme est pour longtemps ton infamie
Personne ne t’a demandé ton avis.

Ecrit et lu par Florence Desvergnes
Lors du café-philo du 22 janvier 2004.
Thème du débat :
« Femmes et religion »

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>