La beauté

La beauté

La beauté est une orange
Sans fard elle se mange
Sans art elle se venge

La beauté est une longe
Sans dard elle s’allonge
Sur le tard elle prolonge

Les actes manqués
Les tracs avortés
Les pactes condamnés

La beauté s’oublie
La beauté s’ennuie
La beauté s’essuie

Elle est l’excuse
Elle est la ruse
Et puis la muse

Des amis enflammés
Des amants dédaignés
Et du temps piétiné

Elle est la chaîne
Elle est la reine
Elle est l’enseigne

Lorsqu’elle se déguise
Lorsqu’elle s’épuise
Lorsqu’elle s’amenuise

La beauté est regret
La beauté est secret
La beauté est décret

Et lorsqu’elle est mûre
Lorsqu’elle est sûre
Lorsqu’elle est pure

Dépouillée de ses artifices
Elle se glisse et s’affiche
S’assume et persiste

Je suis l’alpha et l’oméga
L’alpiniste du yoga
La saga qui rend gaga

Ecrit et dit par Florence Desvergnes
Lors du café-philo de L’haÿ-les-Roses
Le 12 décembre 2008
Thème du débat :
« A quoi tient le pouvoir de la beauté »

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>