Miroir.Télé.

Miroir. Télé.

Miroir, mon doux miroir, dis moi comment je vis
Sur les Champs Elysées à 20 heures pétantes
J’ai posée la question au champion, le devis
Fut clair, combien ça coûte ? 30 millions d’amis.
Reste chez toi, regarde-moi et soit contente.

Miroir, mon doux miroir, je suis seule, je m’ennuie
Une récrée à deux, sur l’île des tentations
Tourne la roue de la fortune, sensations
Et la croisière s’amuse en chantant sous la pluie
Regarde-moi, je sais de quoi tu as envie

Miroir, mon doux miroir, berce mes insomnies
Attention à la marche ! Oui, je suis un enfant
De la télé, zapping ! je ne suis pas plus grand
Qu’un môme de 10 ans. Plus de cacophonies !
Je t’éteins et je sors, sans autres cérémonies

Bonne nuit nounours ! Tu es le maillon faible !
Je vais passer une sacrée soirée !

Ecrit et lu par Florence Desvergnes
lors du café-philo à L’Haÿ-les-Roses
le 10 octobre 2007.
Thème du débat :
« La télévision est-elle le reflet de la société actuelle ? »

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>