Ecrit sur le buvard

Ecrit sur le buvard

A la morsure des dentelles
Couché sur le plumard
Dans le murmure des aisselles
L’auréole d’un saint
Vain comme un cheval fatigué
C’est le violon qui geint
Dans un désert alambiqué
Et l’encre qui s’étale
Comme un point d’interrogation
Une idée qui détale
Neiges aux pôles et point de fusion

Ecrit, et dit par Florence Desvergnes
lors du café-philo de Chevilly-Larue
le 22 avril 2009 
Thème du débat :
«  Les mots permettent-ils de comprendre ? »

 

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>