L’égout

L’égout

Tout l’égout sonde en la nature
Tous les goûts sont dans la nature

J’ai goûté ce mot
C’était un mot d’esprit
Esprit de vin, s’évapore !

J’ai goûté ce pot
C’était un pot commun
Un goût commun, partagé !

Ce que je goûte
Peu dégouter
Et sous la croute
On peut creuser

J’ai goûté à pleines dent
Tu as goûté du bout des lèvres
Il a goûté en fermant les yeux
Nous goûtons comme des gloutons
Vous goûtez à dégoûter !
Ils dégoûtent, goutte à goutte

Le goût est connaissance
Le goût est reconnaissance
Entre gens de goût
Lèvres pincées, nez pincé, cul serré
Mon Dieu ! quels béotiens !

Le canon du bon goût s’annonce sans appel
Il est définitif, et en toute harmonie
Codifié, orchestré, comme une symphonie
Ne sortez pas du cercle, ou je sors mon scalpel !

Goûtez l’alexandrin, vous aurez l’air poète
La beauté se doit grecque, soif de reconnaissance
Maudit soit moyen-âge, j’aime la Renaissance
Et le siècle suivant, je s’rai anachorète

Pour manger avec les doigts et roter à table
Personne pour me dire ce qui est condamnable
Ce qui est beau et bon, ce qui est juste et vrai

Et si jamais un jour je deviens à la mode
Pour picorer à l’œil ce serait bien commode
J’aurais l’air inspiré pour parler d’art abstrait.

Ecrit et lu par Florence Desvergnes
Lors du café-philo à L’Haÿ-les-Roses, le 18 novembre 2009.
Thème : Le goût, les goûts, une affaire de goût ! »

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L’égout

  1. Guy Louis dit :

    Voilà qui est à mon goût
    Voilà de la poésie que « je goûte fort »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>