L’étonnement du philosophe

L’étonnement du philosophe

Le philosophe et le cerisier :
Un philosophe au cœur nouailleux
Se promenait parmi
Les rameaux d’un cerisier garni
De ses fruits savoureux

Pied léger, la sève à fleur de tempe
Une soif de Sahara
Sont-ce des cerises qu’il chaparda ?
Pour un homme de sa trempe !

Mais l’enfant qui gigotait en lui
Etait un peu distrait
Si son pied glissa comme un décret
C’est le cerisier, oui !

Immobile et d’un air innocent
Qui fit le croche patte
Le philosophe mange des pâtes
A l’hôpital, bon sang !

Il regarde l’azur
La jambe dans la gouttière

Quelle misère !
Je te jure !

Ecrit et lu par Florence Desvergnes
Lors du café-philo du 13 janvier 2010 à L’Haÿ-les-Roses
Thème : « A-t-on encore la capacité de s’étonner ? »

 

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>