Nos propos nous dévoilent

Nos propos nous dévoilent

Le poème féminin souvent avec la rime
Va faire vibrer en nous la fibre la plus intime
Et si la prose éclaire nombre des points de vue,
C’est versifier souvent qui va nous mettre à nu.
Alors puisqu’il s’agit, de femmes poétesses,
Vont-elles se dévêtir ? Et nous montrer… sans cesse,
Et le cœur et le corps, les deux à l’unisson
Sublimant par le verbe le summum des passions
Aphrodite nous dit-on sortit nue de la mer.
Verrons-nous les beautés jaillirent depuis leurs vers;

De rondeaux en quatrains, pour enfin, soulever, le voile !

Ecrit et lu par Guy Louis Pannetier
lors du 12ème printemps des poètes
à l’Haÿ-les-Roses

 

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>