La solitude est-elle un cocon ou une prison?

: La solitude est-elle un cocon ou une prison ?

Je suis au chaud dans mon cocon
Personne ne me contredit
Je n’ai pas le moindre interdit
J’ai brisé tous les ostracons

Et j’ai franchi le rubicond
Personne ne me contredit
Je n’ai pas le moindre interdit
Mes rêves sont les plus féconds

J’ai accouché de beaux fantômes
J’embrasse le vide et le vent
La réalité ci-devant
Explose en des milliards d’atomes

Et je ne suis plus qu’un symptôme
J’embrasse le vide et le vent
La réalité ci-devant
M’a laissé quelques hématomes

Je voulais être papillon
Quitter enfin ma chrysalide
J’ai rampé, meurtrie, invalide
Affamée comme un oisillon

Et au milieu du tourbillon
Quitter enfin ma chrysalide
J’ai rampé, meurtrie, invalide
Pour accepter le bataillon

Des contradictions nécessaires
Grandir, vivre, enfin exulter
J’accepte d’être chahutée
Voir d’être le bouc émissaire

Dans cette histoire de faussaire
Grandir, vivre, enfin exulter
J’accepte d’être chahutée
Pour un miroir vivant, sincère

Ecrit et lu par Florence Desvergnes
lors du café-philo à Chevilly-Larue le 5 mai 2013
Thème:  » La solitude est-elle un cocon ou une prison? »

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>