L’infidélité à soi est-elle la pire des trahisons?

La trahison est un spectre
Qui hante nos vies
Et je retourne ma veste
Mais si elle est réversible
Versatile comme le vent

Je virevolte comme un feu follet
Traditore ! Tradititore !
Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis
Et je reste fidèle à mon destin

Moi je suis fidèle au cyclone
Et je trahis le tourbillon
Je suis fidèle aux amazones
Et je vomis le goupillon

Je suis fidèle à mon histoire
Je suis fidèle à mon mensonge
Et le cyclope me cherche en vain sous les moutons

Ecrit et lu par Florence Desvergnes
lors du café-philo de Chevilly-Larue le 20 octobre 2010
Thème:  » L’infidélité à soi est-elle la pire des trahisons?  »

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>