La forêt invisible du désert

(pantoum)

La forêt invisible du désert
Persiste dans l’œil sombre des abîmes
Les squelettes décharnés de l’hiver
Baignent à la brume leurs membres infirmes

Persiste dans l’œil sombre des abîmes
Le souvenir d’un tout autre univers
Baignent à la brume leurs membres infirmes
Dans le mirage absolu des enfers

Le souvenir d’un tout autre univers
S’accroche aux flancs des cavernes intimes
Dans le mirage absolu des enfers
Les antilopes galopent et les cimes

S’accrochent aux flancs des cavernes intimes
Au fond de la grotte un monde à l’envers
Les antilopes galopent et les cimes
Des dunes croulent sous les arbres verts

Au fond de la grotte un monde à l’envers
Cristallisé dans un élan ultime
Des dunes croulent sous les arbres verts
Le chasseur prie un démon éponyme

Cristallisé dans un élan ultime
Des roses… et le sable a tout recouvert
Le chasseur prie un démon éponyme :
La forêt invisible du désert

Ecrit et lu par Florence Desvergnes
lors du 13ème printemps des poètes à l’Haÿ-les-Roses le 9 mars 2011
Thème national:  » D’infinis paysages  »

 

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>