Le petit cirque a levé l’ancre

(Pantoum)

Le petit cirque a levé l’ancre
Sur les vagues d’un champ de blé
Que son étrave à peine échancre
Un vol d’étourneaux rassemblé

Sur les vagues d’un champ de blé
S’enroule dans un ciel noir d’encre
Un vol d’étourneaux rassemblé
S’arrache et mon cœur se désancre

S’enroule dans un ciel noir d’encre
Rêve dissous, pied ensablé
S’arrache et mon cœur se désancre
Là comme le pantin endiablé

Rêve dissous, pied ensablé
Dans cette vie je suis un cancre
Là comme le pantin endiablé
D’un Pinocchio resté à l’ancre

Dans cette vie je suis un cancre
Désespoir peu à peu meublé
D’un Pinocchio resté à l’ancre
Marchepied toujours encâblé

Désespoir peu à peu meublé
Pour une vocation de chancre
Marchepied toujours encâblé
Le petit cirque a levé l’ancre

Ecrit et lu par Florence Desvergnes
lors du 13ème printemps des poètes à l’Haÿ-les-Roses le 9 mars 2011

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>