La tolérance et le laxisme s’opposent-ils?

C’était une maison de tolérance
Avec une lanterne sur le mur
Pour éclairer la luxuriance
Des opinions sans fard, d’un choix obscur

Avec une lanterne sur le mur
Un kaléidoscope sans préférence
Des opinions sans fard, d’un choix obscur
La dialectique de la différence

Un kaléidoscope sans préférence
Qui mélange amour avec no future
La dialectique de la différence
En chantant fluctuat nec mergitur

Qui mélange amour avec no future
Parmi les écueils de l’indifférence
En chantant fluctuat nec mergitur
Elle cherchait des voies sans outrance

Parmi les écueils de l’indifférence
Et de trop d’indulgence en clair obscur
Elle cherchait des voies sans outrance
Des vérités ou d’un concept sûr

Et de trop d’indulgence en clair obscur
Elle a culbuté dans la complaisance
Des vérités ou d’un concept sûr
Et elle a toléré l’intolérance

Elle a culbuté dans la complaisance
D’un laxisme assumé, sans fioriture

Et elle a toléré l’intolérance
Qui a enfanté de la dictature

D’un laxisme assumé, sans fioriture
Alors ils ont violé l’irrévérence
Qui a enfanté de la dictature
C’était une maison de tolérance

Ecrit et lu par Florence Desvergnes
lors du café-philo à Chevilly-Larue le 28 septembre 2011
Thème: Tolérance et laxisme s’opposent-ils?

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>