L’intelligence

Au bout de l’horizon
Sous le rayon vert
L’intelligence clignote
J’ai appris les étoiles
Un peu comme un robot

Au bout de ma raison
J’ai noyé dans un verre
Mes restes d’intelligence
Et j’ai appris la vie
En trébuchant un peu

Au bout de l’oraison
Le monde est à l’envers
L’intelligence s’évade
Et j’ai appris l’ennui
Comme un singe savant

Et les combinaisons
D’un stratège un peu pervers
Ont l’intelligence d’un jeu
Dont j’apprends les règles mouvantes
Au fil de mes échecs

Et les déclinaisons
Combinées à cœur ouvert
D’une cruelle intelligence
Ont tué l’enfant idiot
Qui pourtant bouge encore

Et les péroraisons
Des maîtres de l’univers
Vivent en bonne intelligence
Sur la diagonale des fous
Le roi est mort, vive le roi !

Ecrit et lu par Florence Desvergne
lors du Café-philo du 12 octobre 2011 à l’Haÿ-les-Rose
Thème:  » Y a t-il une bonne, et, ou une mauvaise intelligence ?  »

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>