Après-moi le déluge

Après moi le déluge
Le monde est mon jardin
Le monde est mon refuge
Pour un jeu anodin
Moi je suis de passage
Je n’ai pas de message
Je vis au jour le jour
Touriste de la vie
Au gré de mon envie
Profiter du séjour

L’avenir est mirage
Horizon du désert
La force de la rage
Et comme un bulldozer
Avancer malgré tout
Pour construire un projet
Réaliser des rêves
Sans repos et sans trêves
Jusqu’au bout du trajet

L’avenir est devoir
Pour laisser une image
Préserver le vivoir
De ton propre essaimage
L’avenir est ta chair
Et la chair de ta chair
L’Equilibre est ténu
N’oublie pas que sur terre
Tu n’es que locataire
Dans un flux continu.

L’avenir est un clou
Au poignet de mon âge
L’avenir est au bout
D’une route à péage
J’ai jeté le présent
Au sablier du vent
Et le temps qui s’écoule
En d’absurdes impasses
Forge les carapaces
Des rêves qu’on refoule

Ecrit et lu par Florence Desvergnes
lors du café-philo à Chevilly-Larue le 25 janvier 2012
Thème:  » En quoi, et jusqu’où l’avenir me concerne-t-il ? « 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>