Le fatras des conquérants

« Le fatras des conquérants »

Comme un vol de gerfauts
Autour de l’échafaud
Fier et occidental
Posé en porte à faux
Sur les universaux
D’un rêve si brutal
Mais gouvernemental
La violence est un mot
Un mot fondamental
Qui ne fait pas défaut
Hors du charnier natal

 

Hors du charnier natal
Je crois bien c’est fatal
Les affaires… il le faut
Un loup de carnaval
Pour donner son aval
Justifier le monceau
De cadavres légaux
Le festin si banal
De tous les commensaux
Qui bouffent de l’idéal
Comme un vol de gerfauts

 

Ecrit et lu par Florence Desvergnes
lors du café-littéraire du 15 mars 2012 à Chevilly-Larue

autour du l’ouvrage: « La controverse de Valladolid »

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>