Quelle est la part du rêve?

(« fatras ») :

Farci d’alexandrin,
d’après le poème de Jules Supervielle extrait du recueil
La Fable du Monde :
« J’aurai rêvé ma vie à l’instar des rivières
Vivant en même temps la source et l’océan »

Quelle est la part du rêve ?

J’aurai rêvé ma vie
Comme un fil de survie
Lorsque les jours sont fiers
Ils passent et je les suis
En berçant mes envies
La vie est routinière
Et les rêves auxiliaires
Mais
Si lourds soient nos soucis
Qu’ils soient changés en pierres
Un songe les ravit
A l’instar des rivières

J’aurai rêvé ma vie, à l’instar des rivières

Vivant au même instant,
La mort à bout portant
Sis entre deux néants
Eternel débutant
Dans ce lieu déroutant
Le rêve est mécréant
Mentir est bienséant
Mais
Mon rêve est un titan
Et le cas échéant
Il tiendra en même temps
La source et l’océan

Vivant au même instant, la source et l’océan

Ecrit et lu par Florence Desvergnes
lors du café-philo de Chevilly-Laruele  20 novembre 2012
Thème: « Quelle est la part du rêve ? ».

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>