Le monde de la faim, la fin du monde;

Le monde de la faim, la fin du monde
C’est la ronde des pains, c’est le pain de la fronde
Le monde est rond comme un Mac-do
Rond comme une tomate, comme un dodo

Le monde du silence, le silence du monde
C’est le monde du son, le son du monde
Taper sur la terre comme un tambour
Tu la bourres et débourres, elle geint et tu laboures

Le monde du futur au nom de l’avenir
Le mur du son s’écroule au souvenir
Des promesses éphémères d’un avenir radieux
Alibi de quelques savants studieux

Je suis un clown, hélas je suis un clone
Il n’y a pas un bruit dans l’œil du cyclone
Et sur le fil tendu de l’horizon
Têtu comme un zombi, léger comme un bison

Tu danses la danse de la pluie et du vent
Pour une tornade au soleil levant
Un arc-en-ciel d’apocalypse, dans les décombres
Le sombre de la faim, la fin du sombre.

Ecrit et lu par Florence Desvergnes
lors du débat du café-philo du 12 décembre 2012
Thème:  » Faut-il manger pour vivre, ou, vivre pour manger? »

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>