L’optimisme est-il raisonnable ?

Thème « L’optimisme est-il raisonnable ? »
Essai de restitution du café philo de L’Haÿ-les-Roses
11 septembre  2002.

Débat animé, par Eric, Guy Philipon et Guy Pannetier

Introduction par Guy Pannetier:  Dans la question « l’optimisme est-il raisonnable ? » il faut entendre tout à la fois : est-ce bien raisonnable d’être optimiste ? Peut-on raisonner l’optimisme ? Et, optimisme et raison peuvent-ils aller de pair ? Les mêmes questions se posent pour le pessimisme.
Chez les philosophes deux doctrines s’opposent, celles de deux philosophes allemands : le premier LEIBNIZ, l’optimiste, dit puisque Dieu existe, qu’il a créé le monde, celui-ci est tel qu’il l’a voulu, donc « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles »…Le pessimiste est SCHOPENAUER ; pour lui, je cite : « la perpétuité des souffrances est l’essentiel même de la vie… La vie est une mer d’écueils et de gouffres, l’homme à force de prudence et de soins les évite, et pourtant il sait qu’il ne fait que s’avancer vers l’inévitable naufrage, sa mort… ! ».

Débat :    –   « Qu’est-ce que la raison ? » Pour Descartes : le cogito entraîne le primat de la pensée, de la raison et donc un certain recul par rapport aux utopies. Quel optimisme possible dans une perspective raisonnable ? Pour Winnicott notamment, le rôle de l’imaginaire, du fantasme, du « fantasying » est essentiel.. Cette disposition intérieure de disponibilité à l’événement imprévu et heureux qui met fin à une spirale du malheur est-il de l’optimisme ?  Chez Kant, la raison et l’impératif catégorique sont premiers. L’action ou l’absence d’action est obligatoire, dictée par la raison voire la morale. Quelle place pour l’optimisme au sens d’une chance à vivre si on est gouverné par des impératifs raisonnables  Chez Freud : le principe de plaisir et le principe de réalité semblent s’opposer. La raison ne met-elle pas en jeu le principe de réalité et l’optimisme une vision du principe de plaisir ?

– Par ailleurs l’optimisme n’est-il pas déterminé par une vision du futur possible alors que la raison peut être une leçon que l’on tire de l’expérience d’un vécu passé.
– Une vison de l’optimisme renvoie à un élargissement, un au-delà des limites du sujet et à une amplification possible de sa liberté.
« L’optimisme est-il raisonnable ? » Cela ressemble à une fausse question.
– Il n’est pas nécessaire d’être optimisme pour agir. On peut être poussé par la nécessité.
– Les affaires humaines sont du ressort des hommes. L’optimisme semble se référer à quelque chose en dehors de l’homme. Qu’est-ce qui est raisonnable ? Sisyphe est-il raisonnable ? Le surréalisme est-il raisonnable ? La loi, le droit sont-ils raisonnables ?
-L’optimisme n’est pas lié au destin. Il est lié à une notion de possibilité. Il faut pointer l’importance d’une mise en relation avec les gens qui peut être liée à une enfance heureuse

– On note un antagonisme entre optimisme et raisonnable. Il existe différents moments pour se baser sur la raison. Mais l’optimisme entraîne l’utopie qui est la base du combat dans la vie et une attitude vitale par rapport à la mort. Quelle est l’attitude possible par rapport à la misère ? Cela peut dépendre de si on est aimé ou pas. Il y a une énergie vitale dans l’amour..
– Une personne parle de son vécu militant qui l’a rendu pessimiste par le comportement des gens. On pourrait être pessimiste face à la situation du monde et pourtant : Bourdieu : « je me sens désespérément optimiste ».
l’optimisme peut dépendre de circonstances et de l’environnement. Il peut y avoir un problème dans un environnement dépressif. Il faut avoir l’intelligence de sa capacité, être optimiste mais en gardant la raison.
– L’optimisme peut être l’art et la manière de vivre avec les autres une certaine qualité des relations. Il faut parfois savoir rire pour ne pas pleurer. On peut se réjouir qu’en ce 11 septembre il n’y ait pas d’avion écrasé ce soir.
– Faut-il être optimiste pour agir ? La révolte implique-t-elle de l’optimisme ? La lutte pour les bonnes causes perdues est-ce de l’optimisme ?
– Il y a des gens raisonnables et des gens déraisonnables. Etre raisonnable ou être optimiste revient à s’arranger au mieux avec les choses. Qu’est-ce qu’être raisonnable aujourd’hui ? Se conformer aux idées dominantes de la société où l’on vit ? Ou c’est lié au milieu et aux circonstances ?
-Le jour de notre naissance on sait qu’on va mourir et on continue de vivre en plaçant la vie d’abord.
– On constate une incohérence dans le monde et la place des individualismes. Etre optimiste serait de répondre à cette incohérence par une recherche de cohésion, collective notamment.
-Il existe des choses qui ne vont pas mais l’important c’est le regard que l’on pose sur la vie. Ex : sur la nature et l’expérience de la contemplation.
– La civilisation est un progrès sur la nature.
– Il faudrait ne pas parler de l’optimisme et du pessimisme en tout ou rien. Ne voir que des bonnes choses c’est manquer de réalisme mais voir tout en noir c’est en manquer tout autant. Le bien est subjectif. Les raisons d’être optimiste aussi. Il n’existe pas de bien en soi, pour tous.
– Il existe des gens qui réagissent différemment dans des situations comparables. Ex : cas des malades du sida qui guérissent mieux quand ils espèrent plus.
– Témoignage de Ruben sur le sens du débat de ce soir si en période troublée on voyait entrer quelqu’un ce soir qui portait l’étoile jaune C’est l’expérience qui donne un optimisme inébranlable.
– Un jeune homme témoigne qu’il n’a que du pessimisme dans sa tête notamment en voyant les relations des gens les uns avec les autres.
– L’optimisme est peut-être dans le fait que l’on est là ce soir malgré nos malheurs.
– Eric de retour du Maroc et d e Côte d’Ivoire témoigne de l’action et de la persévérance des enseignants et des élèves dans une école en pleine brousse dont la détermination lui fait croire en l’homme.
– Les termes optimisme et pessimisme ont une histoire. Le mot « optimisme » apparaît en 1752 (par les jésuites) et le mot pessimisme apparaît en 1878 (en anglais). 100 ans d’exercice de dictature ont été nécessaires pour que la notion de pessimisme apparaisse et entraîne un bouleversement des idées.
–  * Citation de Martin Luther King « Il va bien falloir que nous apprenions à vire ensemble, sinon nous allons périr comme des imbéciles ».
Désespérer de l’homme est peut-être aussi une façon de croire intérieurement en un homme meilleur et d’avoir une vision idéalisée par rapport à ce que l’on voit. Les réactions émotionnelles sont importantes pour réagir aux situations.

Cette entrée a été publiée dans Saison 2002/2003, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>