Peut-on croire à l’irrationnel?

Thème : « Peut-on croire à l’irrationnel ? »

Essai de restitution du café-philo de l’Haÿ-les-Roses
14 janvier 2004

Introduction: Guy Pannetier.
Souvent le philosophe écarte d’emblée tout ce qui ne se soumet pas à la raison. Pour l’esprit cartésien, il ne saurait y avoir d’effet sans cause. Mais il demeure nombre de faits inexpliqués, des faits dont nous ne pouvons saisir les principes, ils relèvent alors de l’irrationnel, c’est le domaine de la métaphysique. Le besoin de savoir absolument, de connaître, peut nous entraîner vers l’irrationnel, lequel peut être un commerce lucratif. Sans être aussi catégorique que Voltaire : « L’astrologie est née quand le premier charlatan a rencontré le premier imbécile », que penser de la voyance, de l’ésotérisme, des guérisseurs, des miracles…de la parapsychologie… ? Pouvons-nous écarter tout ce qui est inexplicable, quand on voit par exemple les médecins chinois opérer sous hypnose, et pouvons-nous rester sur une position rationnelle et positiviste en ne voulant accepter « que les faits, rien que les faits » ?

Débat:   –  Pour l’hypnose et pour d’autres choses nous aurons un jour l’explication. L’orage n’était-il pas pour les anciens une manifestation mystique. Il faut défendre l’irrationnel car nous sommes dans une vie trop rationnelle. Il ne faut pas associer l’irrationnel à des choses sulfureuses ou dont on n’a pas encore l’explication, et ne pas axer dès le départ le débat sur le rationnel et les philosophies positivistes. Il y a beaucoup d’irrationnel dans notre vie quotidienne et beaucoup d’irrationnel dans ce qui détermine la pensée, voir par exemple la place de l’inconscient freudien. Toute une partie de nous est formée par ce qui n’est pas conscient. L’irrationnel serait ce que que l’on n’arrive pas encore à comprendre. Il y a une prétention de l’homme qui ne veut pas admettre que sa compréhension est limitée. On peut donner deux définitions : a) l’irrationnel c’est ce que l’on n’arrive pas encore à comprendre, ou b) l’irrationnel est ce qui s’oppose à la raison.
– L’irrationnel se situe à un niveau qui s’oppose à la raison tant que nous n’avons pas l’explication. Pour le chercheur, le scientifique, la vérité est surtout expérimentale. Transformer une molécule d’eau en vin, ou une molécule de vin en sang (transsubstantiation) n’est plus irrationnel si l’expérience peut être renouvelée à souhait…mais tout ce que l’on ne comprend pas n’est pas forcément de l’irrationnel. La religion ne relève ni du rationnel ni de l’irrationnel. Mais Dieu lui-même est une réalité irrationnelle. L’irrationnel n’est pas ce que l’on ne comprend pas. On n’a pas toujours une théorie explicative. C’est quand cela va à l’encontre des choses admises. Le rationnel nous amène à croire et l’irrationnel nous amène à ne pas croire. Le croyant comme l’athée ont au départ la même démarche, connaître les causes qui président à tout cet inconnu qui nous entoure. Pour le croyant il y aura une cause suprême, cause divine, un Dieu créateur, et par voie de conséquence les autres causes seront pour lui irrationnelles. Pour l’athée, l’idée de cause suprême est irrationnelle ce qui lui permet d’être ouvert, d’examiner toute autre cause possible…Finalement face à l’irrationnel celui qui croit le plus est peut-être celui qui croit le moins ! Nous baignons dans l’irrationnel : les fées, le Père Noël, les contes, l’imaginaire…Nous acceptons que Monsieur de La Fontaine fasse parler les animaux ! Nous aimons bien cela. Les choses fabuleuses nous enivrent. Nous sommes demandeurs de l’irrationnel et nous le cultivons. Nous en avons besoin face à une réalité qui n’est pas toujours drôle. De temps en temps je regarde mon horoscope, parfois l’astrologie dit vrai et je suis surpris, je me pose des questions.
– L’astrologie compte tenu des probabilités dira toujours à quelqu’un ce qui pourra coïncider comme réel et surprenant, il n’y a là rien de mystique. « Je suis très cartésienne : les encyclopédies nous disent : la raison est une faculté. L’irrationnel est une doctrine. La faculté de la raison est une aptitude à comprendre comme à admettre ; de ce fait les deux termes sont liés… » Je pense que cela serait grand dommage si tout n’était que rationnel : les contes, les légendes, les romans, la poésie, les fantasmes supposent le rôle de l’imaginaire qui permet la création. On assiste souvent à une réduction de la pensée par le rationalisme.
– La nuit je fais des rêves, je m’endors avec des fantasmes, je me réveille avec des sensations, j’ai des intuitions, dans la journée je rencontre une personne qui me bouleverse, je peins un tableau sans projet rationnel ou c’est pareil quand j’écris une poésie. Nous sommes tous confrontés à l’irrationnel. L’irrationnel l’emporte. On veut tout contrôler mais il y a toujours le miracle de la création, notamment, artistique qui n’est pas rationnelle.
– La rationalité et la création artistique ne vont pas ensemble. Le rationnel est du côté du positivisme et l’irrationnel du ressenti. Les créateurs sont irrationnels et dans un autre monde que la raison.
– La vie intellectuelle n’est-elle pas surtout dans l’irrationnel ? Nous vivons autant avec l’irréel que le réel, nous acceptons ces étapes, ces niveaux…L’irrationnel est une dimension de l’homme. Un trop de rationnel crée le besoin de l’irrationnel, mais s’il existe bien sûr, nul pour autant n’est tenu d’y croire…
– Tout ce qui est sentiment est irrationnel sauf à nous démonter le contraire. Dans le mot émotion nous ne mettons pas tous la même chose. Deux participants de formation scientifique nous disent et même nous confirment que les sentiments sont liés à un processus organique et nombreux sont ceux que ces propos rendent perplexes voire en désaccord.
– Il faut s’ouvrir à tous les possibles de l’humain et ne pas réduire au rationnel. Les créatifs ne sont pas nécessairement des irresponsables. Les irrationnels ont souvent besoin à leurs côtés de quelqu’un de très rationnel.
– La gestion de la création peut être rationnelle : ex faire une œuvre pour répondre à une commande. Les deux, le rationnel et l’irrationnel peuvent coexister. Dans ir-rationnalité le préfixe ir n’est pas comme in dans in-visible par exemple, l’absence de mais il apporte du relatif. L’irréel n’est pas l’absence de réel. L’irréel renvoie à la définition d’une fiction. On vit aujourd’hui avec de l’irrationnel. Il existe une complexité des choses et beaucoup de choses que l’on ne connaît pas.
– Le rationnel c’est quand l’on considère l’homme au niveau de la raison. Mais nous ne sommes pas que des têtes, nous sommes des êtres complets. Nous n’avons pas qu’une dimension : concrète. Il existe d’autres dimensions de l’être. Dans notre société on est si rationnel que l’on assiste à des dérives irrationnelles (Harry Potter ou Le Seigneur des Anneaux). C’est le ressenti du féminin qui a besoin de sa place dans nos sociétés.
– Les lois physiques elles-mêmes évoluent.. L’irrationnel entraîne, amène le rationnel : les savants et philosophes nous disent depuis les Grecs que l’atome est un et indivisible mais nous avons trouvé les particules élémentaires, les électrons…
– Des philosophes ont porté de l’intérêt à l’irrationnel, parfois à la magie, les alchimistes se réclamaient de la philosophie. L’ésotérisme a de nombreux adeptes si l’on en juge par les librairies spécialisées, et les ouvrages qui se vendent. De fait, qui de nous n’a pas été témoin d’un fait inexplicable, ce qui peut nous amener au besoin de comprendre absolument…

La poème de Florence :              Doit-on croire à l’irrationnel ?

Il était alors
Homo économicus
Rencontra un jour
Lucie au fond d’un ravin
L’irrationnel était né

– Ou nous acceptons le déterminisme génétique, ou nous voulons pour la vie laisser la part du hasard, celle de l’irrationnel…
– Des généticiens rationalistes prétendent que nous serions soumis aux lois du déterminisme, que nous ne serions que les acteurs d’une histoire inscrite dans nos gènes dès l’état embryonnaire…Il y a des expériences sidérantes, des prémonitions qui nous surprennent. Peut-être allons-nous découvrir qu’il existe un sens, des sens, une ou des perceptions tout autre…Les papillons ne sont-ils pas capables de sentir l’effluve de la fleur qu’ils recherchent à distance.. « Les hommes ne savent pas deviner l’invisible à l’aide du visible » (Protagoras).Aller voir des guérisseurs peut relever de l’irrationnel, celui qui y croit pourra y touver un mieux-être, une amélioration. Celui qui n’y croit pas vraiment ne pourra en tirer aucun profit. C’est l’effet placebo, de la psychothérapie alors on se le dit mais ça marche… Le besoin de croire entraîne la croyance.
– Je vis avec des scientifiques, des rationalistes… C’est l’horreur. Je n’ose pas parler d’intuition. Mais l’intuition, l’irrationnel ne seraient-ils pas plus féminins ? L’irrationnel est-il le côté cœur et le rationnel le côté tête ?
– L’irrationnel on n’arrive pas à l’expliquer, on ne peut pas le théoriser. Mais on n’a pas besoin de théories rationnelles sur tout. Il faut souligner le danger des sectes ou de l’apparition de nouvelles religiosités qui privilégient l’irrationnel et en profitent pour dénigrer le rationnel. A-t-on besoin d’un architecte pour construire une maison ? Non. Il n’y a pas que les techniciens qui savent faire les choses. On peut apprendre de l’expérience. On va apprendre de façon empirique. Doit-on croire à l’irrationnel ? Oui pour les sentiments et les émotions, et pour certains faits à partir du moment où ils ne sont pas démontrés. On ne peut qu’y croire, à ce moment-là.
– Il faut souligner l’importance de l’intuition et la vérification d’intuitions justes sur des êtres peut s’avérer. Il est souvent intéressant de croire à sa première intuition. Dans un spectacle d’illusionnisme on n’est pas dans la raison.  Un illusionniste est rationnel. Il sait et répète son tour. Les spectateurs croient à de l’irrationnel mais lui sait ce qu’il fait.
– L’émotion est pleinement rationnelle et est régie par des déterminismes physiques liés à un processus de chimie organique. Mais il faut noter l’importance de la complexification à l’infini du système.
– Vous semblez nous dire que l’on va tout trouver, tout expliquer…vous allez nous désenchanter notre monde.
– Non rassurez-vous on ne pourra jamais refaire tout le chemin, tout reconstituer même avec toute la puissance informatique ; il y a (hélas ou heureusement) trop de variables…Des mouvements peuvent être déterminés dans un ensemble non déterminé comme dans la loi physique des trois corps : trois planètes dont on ne peut à long terme définir l’évolution ensemble, comme dans le mouvement Brownien. Il y a différentes acceptations de l’irrationnel : a) ce qui est contraire à la raison et b) ce qui n’est pas explicable. Les différents exemples inexplicables ne relèvent pas nécessairement de l’irrationnel. Tout pourrait s’expliquer par le vécu, le milieu, les circonstances. Le ressenti humain ne relève pas de l’irrationnel.
– Pour certains tout s’explique. Pour d’autres il existe le hasard. L’irrationnel deviendra rationnel un jour. On va vers tout expliquer mais où est alors la liberté de l’homme ? Est-ce que l’on est vraiment libre ? ou notre histoire est-elle écrite dans un livre illisible ? Les lois physiques ne sont peut-être que des approximations du réel. Voyance ou pas ? On a tous des expériences de l’irrationnel ; il existe des gens capables de capter des choses que d’autres ne captent pas.
– Si l’on pose le problème de la transmission, d’une histoire qui s’inscrit dans l’histoire de l’humanité, le récit n’est pas toujours rationnel, notamment dans le roman familial. En fait nous savons que nous sommes tous déterminés et que nous allons vers la mort qui est incontournable, tout est divertissement de l’angoisse de mort. L’irrationnel et la créativité permettent de supporter cette angoisse du néant et de laisser sa trace dans l’histoire.
– L’irrationnel et le rationnel sont différents de la liberté ou pas. On peut être aussi libre dans l’irrationnel que dans le rationnel. Le livre de Charpak est puéril et enfonce des portes ouvertes ; ce sont des descriptions de bons sens. La banalité du propos va à l’encontre du projet même pour combattre des charlatans dont le fond de commerce est l’irrationnel et qui doivent être dénoncés comme tels. La recherche, qui se tourne vers l’inconnu, et l’argent ne sont pas nécessairement liés. On cite le cas d’un radiesthésiste qui trouve des vérités sur les personnes de façon très imprévisible. « L’irrationnel je n’y crois pas mais l’existence des génies me pose question comme Pascal, Einstein, Mozart ? Comment comprendre l’existence de ces génies ? » Mais ces génies se réfèrent souvent eux-mêmes à de l’irrationnel. Pour les sourciers ou les radiesthésistes c’est une question de sensibilité et de savoir-faire.  Quand on parle de rationalité on ne tient pas compte des échanges d’énergie entre deux personnes. Il existe des « affinités électives ». Le rationnel et l’irrationnel peuvent correspondre à une technique de connaissance de distribution de cette énergie. Dans le rationnel et l’irrationnel il y a toujours une part de hasard et une de nécessité. Quand on a vraiment envie de quelque chose on y parvient
Après cette citation de Charles Nodier : « Tout croire est d’un imbécile et tout nier est d’un sot », nous partageons le verre de l’amitié pour la nouvelle année

Cette entrée a été publiée dans Saison 2003/2004, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>