Mâcher des mots

Mâcher des mots

Et je passais mon temps
à digérer des mots
à malaxer très tôt
des sortes de d’à-propos
Que je trouvais très beaux ;
Et je passais mon temps
sans vouloir, sans savoir,
si ça valait pipeau.
Un tempo de blaireau
qui tenait du texto
Je déclinais des hooo !
sans ressentir de haaa
et j’ai voulu savoir
ce que valaient ces hum !
hmm mm mm mm mm mm mm!
Et je passais mon temps
à digérer des maux
à accoucher très tôt
des p’tits mots des gros mots
avoir la tête de veau
sans même savoir
pour qui, sans même
vouloir, pourquoi ?
Si ça valait pipeau
je déclinais des ho !
sans ressentir de ha !
et j’ai voulu savoir ce que valaient ces hum !
hum mm mm mm mm mm mm !
Mais je gardais pour moi
ces mots ces autres maux
des mots sans autres jours
que je voulais pour toi
et je passais mon temps
à penser des beaux mots
ces mots qui sonnaient trop
mais qui n’étaient pas faux.
J’ai voulu les pousser
à s’épancher pas trop !
et je les ai gardés
pour moi murés
dans le silence
restés dans le cachot
espèce de sal eau

Ecrit et dit par Jean-Bernard Tandaravayen
Lors du café-philo du 22 avril 2009.
Thème du débat : « Les mots permettent-ils de se comprendre ? »

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Mâcher des mots

  1. Guy Louis dit :

    Bravo Jean-Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>