Poème épicurien

Poème  épicurien.
(Acrostiche)

Au jardin des supplices, il n’est point de bonheur
Mon âme est aux abois, elle voit passer les heures
Illusion des excès, illusion des palaces
Tant de peurs, tant d’erreurs, horreur ! Mon sang se glace
Infinité de dieux, branlebas de combat !
Et j’invit’ la physique, à mon dernier repas

Au jardin des délices, ils n’est point de douleur
Mon âme ne craint plus l’ire d’un Dieu vengeur
Il est des besoins, des envies, qui passent, qui lassent
Tout peut naître de tout, nos atomes s’enlacent
Il est des chagrins qui nous suivent pas à pas
Et si la mort est là, c’est moi qui n’y suis pas

Ecrit et lu par Florence Desvergnes
lors du débat sur le thème: « Epicure et la philosophie du jardin »
Le 24 mars 2010 à Chevilly6Larue

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>