Une douzaine de vers à douze pieds

Aujourd’hui, douze, douze, douze, c’est en alexandrins
Qu’il nous faut s’exprimer et faire des douzains
Pour le café-philo on choisit divers thèmes
Essayant de changer, ne pas prendre les mêmes
On prend parfois des sujets, bizarres et curieux
Cela pourrait un jour être un choix malheureux
Et puis grâce au savoir et l’imagination
On finit par avoir une riche conversation
Malgré tout on s’en sort, et toutes les idées fusent
Avec l’inspiration, parfois reçue des muses
Si l’appétit, dit-on, nous viendrait en mangeant
La philosophie, elle, vient en philosophant

Ecrit et lu par Guy Pannetier
lors du débat du café-philo à Chevilly-Larue le 12/12/2012 
Thème: « Faut-il manger pour vivre, ou vivre pour manger? « 

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>