Que signifie être responsable?

Thème :               « Que signifie être responsable ? »

Essai de restitution du café philo de Chevilly-Larue. 
14 novembre 2001
Modérateur : Christian Hervy                               
Introduction du thème: Guy Pannetier     
Animateur : Olivier Pascault
Introduction : Déjà la définition du mot “ responsable : qui doit répondre de ses actes ou de ceux des personnes dont il a la charge ou qui pèse les conséquences de ses actes. La responsabilité implique la liberté. Voici  sept domaines dans lesquels la prise de conscience est engagée : 1° La responsabilité parentale éducative – 2° La responsabilité civique et sociale – 3° La responsabilité civile- 4° La responsabilité morale – 5° La responsabilité collective ou solidaire – 6°  La responsabilité pénale ou juridique – 7° La responsabilité politique.

Débat : – Tout devrait découler du sens de la responsabilité civique et un autre affirme que toute l’histoire de l’être humain est en “ dents de scie ” et peut être assimilée à une SARL (Société à responsabilité limitée).
– On ne devient pas d’emblée responsable à tous les niveaux. Ce que confirme l’intervenante suivante en prenant son cas personnel où elle ne s’est sentie responsable que lorsqu’elle a été adulte. 
– Il faut être conscient de ses responsabilités civiques pour éduquer. Les mots vont deux par deux  responsabilité et liberté  et  responsabilité et citoyenneté. Ce qui est contredit par un participant même si on manque de libertés, on peut être responsable.
– C’est bien arrangeant de rendre un Etat responsable de tous les maux pour ne pas prendre ses responsabilités ”.
– Dans notre démocratie y-a-t-il des raisons de ne pas prendre ses responsabilités ? ” interroge quelqu’un. Ce qui fait réagir un participant en ces termes. On prend ses responsabilités au moment où l’on vote.
– Les idées exprimées en préambule sont valables quand il y a une norme ou un contrat c’est-à-dire un ensemble d’engagements réciproques. La désobéissance civile représente-t-elle la désobéissance ? N’y a t il pas l’idée d’une déresponsabilisation au nom de sa propre liberté qui nie la liberté de l’Etat ?
«  Responsable mais pas coupable », l’affaire du  sang contaminé. Il y a quelque fois dans la recherche du responsable, un acharnement à vouloir tout expliquer. Sous couvert de responsabilité collective n’est-on pas responsable soi-même ? La responsabilité implique un pouvoir de décision et si l’on est dans une position de choix intervient le problème de responsabilité.
– Le modérateur pointe deux facettes de la responsabilité : celle du moment où l’on ne connaît pas les conséquences et celle du moment où l’on continue à faire quand on sait. L’une dédouane les responsables, l’autre non car c’est une faute.
– Il y a quelque chose de froid dans la formule “ responsable mais pas coupable ”.
– Un praticien prend comme exemple un collègue médecin condamné parce qu’il a “ laissé naître un enfant handicapé ” et il indique que l’on peut concevoir des hésitations quand la responsabilité fait place à la culpabilité.
– Etre responsable, c’est aussi savoir prendre des risques tant dans le domaine médical que lors d’élections politiques qui engagent l’avenir.
– Etre responsable n’est pas seulement un acte de pouvoir mais c’est aussi un acte d’humanité. Etre responsable c’est répondre à et répondre de. : Répondre à : c’est répondre à quelqu’un sans le repousser ni lui être indifférent. La société est remplie d’irresponsables qui associent liberté et choix individuel. Répondre de : ce sont souvent les parents qui se portent garants de leurs enfants.  Assumer ses responsabilités c’est souvent choisir la voie de la raison par rapport au pire.
– La responsabilité d’un être humain ne se limiterait pas au seul champ de la vie personnelle,  à l’appui d’une citation de St Exupéry “ chacun se sent responsable de tous ”.
Les gens de pouvoir semblent fuir leurs responsabilités, indique un autre, exemple l’Algérie.
– La responsabilité individuelle ne s’oppose pas à la responsabilité collective.
– Tous les propos qui sont tenus  se réfèrent à  la norme. Le constat se situe entre l’autonomie ou l’hétéronomie du sujet. Ce qui se dégage c’est qu’il y a davantage d’hétéronomie de l’individu aujourd’hui. Chaque citoyen est de moins en moins sensé à s’occuper d’autrui. De plus en plus on est porté à atomiser les individus. L’universalité pourrait s’appeler la République.  Sommes-nous dans une société démocratique  où « l’on regarde devant chez nous « comme le disait Sartre ?
– Aujourd’hui on a peur de la responsabilité. Il faut situer le terme responsable au niveau du bonheur et  “ construire le bonheur plutôt que regarder le malheur ”.
La plupart des personnes qui sortent du système scolaire sont-ils à égalité ? Comment parler d’exercice des responsabilités quand on méconnaît ses droits ?
– Le sens des responsabilités, c’est un sentiment intérieur. A mon sens il n’y a pas de pensée collective. .
– Chacun à son niveau fait progresser la pensée, dit le suivant. Comme le disait Edgar Faure  «  Ce n’est pas la girouette qui fait tourner le vent ».
Il y a une éthique de la responsabilité.  Quand le principal état de la planète (les USA) refuse de signer le  traité de Kyoto sur l’environnement, peut-on parler de prise en compte d’obligations et de devoirs ? Cela pose  le problème de l’humanité et de la dignité humaine. Chacun (au singulier)  peut se considérer responsable.
C’est plus facile de parler de ce qui est politique que de ce qui est individuel. On est “ responsable envers soi-même ” disait Sartre. Ai je fais tout ce qui était de mon pouvoir ?
–  Il est plus facile de parler de ce qui se fait à l’extérieur plutôt que de se regarder en face.  Les politiques je les plains.
– Le “ tout est politique ” dans le sens d’Aristote, c’est la vision identitaire d’une somme de citoyens. Construire l’unité c’est aller au devant des dangers..
– La responsabilité ne renvoie-t-elle pas à nos propres faiblesses ? La peur primale, la peur réflexe. Le courage c’est la responsabilité individuelle.
– La société, à l’heure actuelle, déresponsabilise les gens. Je me demande si c’est bien de prendre des responsabilités pour servir la collectivité ?
– Trop de responsabilités tue la responsabilité
Conclusion : La question de la responsabilité ne demande t-elle pas de la reconnaissance dans sa vie personnelle, dans sa fonction, à la condition qu’il y ait des forces de reconnaissance adaptées ?

Cette entrée a été publiée dans Saison 2001/2002, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Que signifie être responsable?

  1. J en veux encore !!! par ici je vous place dans mes favoris, et vous dit a bientot.

  2. Roger Loranu Latchu dit :

    je veux être connaitre en profondeur sur cette problème de responsabilité car je suis trop derrange sur ça,et marie père de 4 enfants dont une fille parmi les 4. s.v.p essaie de m’aide a m’en sortir dans cette ignorance pour que je puis bien encadre mes enfants.

  3. kalou dit :

    merci de mavoir eclaire sur le sens de la responsabilite.jai fais beaucoup derreurs dans le passe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>