Tristesse galipette

Tristesse galipette

Je prononce tristesse
Pour mieux dire galipette
Tu es l’accent de ma tendresse
Un point virgule à ma détresse
Le circonflexe des caresses
Lorsque j’entends chanter la chouette

Je prononce sagesse
Pour mieux dire l’évidence
Des soupirs qui se pressent
De l’absence qui oppresse
De l’oubli qui agresse
Au crépuscule qui danse

Je prononce l’ivresse
Pour mieux dire l’illusion
Même si je veux y croire encore
J’ai rêvé que l’on n’ait de cesse
De nous fondre dans le décor
De nos deux corps en fusion

Ecrit par Florence Desvergnes, et dit par Jean-Bernard
Lors du 12 ème printemps des poètes à L’ Haÿ-les-Roses
Le 10 mars 2010


 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>