Ce monde est-il absurde ?

Restitution du débat du café-philo de l’Hay-les-Roses le 14 avril 2015

Ernts. Ubu_Imperator. 1923. Centre Pompidou. Paris. jpg                               Marx Ernst. Ubu Impérator. 1923.Musée Pompidou. Paris

Introduction : Liliane De La Torre

 Introduction : L’absurde est quelque chose de discordant, sans sens préalable ni finalité donnée, contrairement à une logique raisonnable. On parle de l’absurde dans l’après-guerre, à la période de l’existentialisme de Sartre, de Beauvoir et Camus.
Pour ce qui concerne les langues, une langue universelle a été souhaitée depuis plusieurs siècles, mais ce sont toujours les langues de l’autorité qui ont prévalu (latin, anglais, français). L’esperanto, tentative de langue universelle, est interdit dans toutes les dictatures, à cause d’un risque possible de dialogue, d’accords.
Par ailleurs, les langues de l’argent dominent (anglais, chinois…), mais il y a parfois incohérence entre ces langues chez les politiques un peu instruits désirant devenir décideurs.
Dans l’industrie, La France a des usines extraordinaires, des techniciens compétents, mais des salaires plus élevés à payer. Les usines sont alors transférées ailleurs où les salaires sont moins élevés, d’où, les premiers utilisateurs sont mécontents ; les deuxièmes sont mal payés et veulent plus ; on redéplace les usines ; tout le monde est mécontent et s’exprime par de la colère ou de la déprime.
Dans l’agriculture, l’arrachage des mauvaises herbes est fastidieux ; on utilise des produits chimiques pour désherber, ce qui entraîne des résistances des mauvaises herbes aux produits chimiques et le besoin de plus fortes doses (d’où le besoin d’OGM ou d’agent orange pour résister). Mais les rendements baissent, donc le coût augmente, ce qui entraîne colère, révolte puis répression, frais militaires, ce qui augmente les dépenses en hommes et en matériels ; donc, en ville, on assiste à la mise en place d’usines d’armement et, à la campagne, à des révoltes, de la dépression ou de la déprime.
Dans la construction, il n’y a pas assez de logements et des familles avec enfants dorment dehors. On en détruit ! On en reconstruit d’autres. Mais on n’a plus de sable, et on en prend en pleine mer. Les plages disparaissent et des habitations s’y affaissent. Les techniciens de la métallurgie vont sans doute concevoir des machines extraordinaires qui vont piler les gravats pour faire un faux sable. Mais à quel prix ?
En Angleterre, on n’accepte les émigrés que s’ils sont diplômés. Manque-t-on de diplômés indigènes ? Les diplômés émigrés ne vont-ils pas prendre le travail des indigènes ? Qui fera les travaux que les indigènes non-diplômés ne veulent plus faire ? Il y a un risque de mécontentements des classes moyennes.
Dans le domaine de la santé, au début, le vin était pour désinfecter en coupant l’eau, mais il avait bon goût et il a été bu pur et pour le plaisir. Les cirrhoses ont remplacé les infections. Plus de vin, mais utilisation d’antidépresseurs, qui coûtent beaucoup plus cher…
Au vu de tous ces exemples, notre société n’est-elle pas parfois absurde

Débat : Débat ⇒ Suite à ce catalogue des absurdités du monde, de notre civilisation actuelle, revenons au sujet « Ce monde est-il absurde ? », absurde au sens de dissonant, ou de qui n’a pas de sens. Le monde a-t-il un sens ou pas ? Y a-t-il une prédestination, un Grand Architecte, un sens qui nous échappe ? Chaque élément de la nature et de l’univers amènerait-il à quelque chose dont on ne connaît pas la finalité ?
Si le monde est absurde, on est libre de nos choix ; je peux faire ce que je veux. Il faut parier sur l’absurdité du monde : si rien n’a de sens, on ne perd rien et on gagne la liberté et, s’il y a un sens, nos actions seront déterminées.
Selon Camus, vit-on dans un monde absurde ?

 ⇒ Si l’on fait la relecture de l’histoire de notre univers, du Big Bang à nos jours, par exemple, il semble bien qu’il y ait un sens à son évolution, que l’on puisse en faire une histoire lisible et que, quel que soit le Dieu, l’Architecte, l’Horloger ou la Grand Maître ou même la Nature, l’évolution de notre univers se fait avec une certaine logique que nous pouvons décrypter à notre génération. L’Univers nous révèle du sens.

⇒Lecture d’un texte par Florence. La Quête de Jacques Brel

Rêver un impossible rêve Porter le chagrin des départs Brûler d’une possible fièvre
Rêver un impossible rêve Porter le chagrin des départs Brûler d’une possible fièvre Partir où personne ne part Aimer jusqu’à la déchirure Aimer, même trop, même mal, Tenter, sans force et sans armure, D’atteindre l’inaccessible étoile Telle est ma quête, Suivre l’étoile Peu m’importent mes chances Peu m’importe le temps Ou ma désespérance Et puis lutter toujours Sans questions ni repos Se damner Pour l’or d’un mot d’amour Je ne sais si je serais ce héros Mais mon cœur serait tranquille Et les villes s’éclabousseraient de bleu Parce qu’un malheureux Brûle encore, bien qu’ayant tout brûlé Brûle encore, même trop, même mal Pour atteindre à s’en écarteler Pour atteindre l’inaccessible étoile

⇒ Le monde physique n’est pas absurde et il a des lois : les lois de la physique. Le monde est logique. Cela n’a rien à voir avec nos libertés. Le monde phénoménal n’a rien d’absurde.
Notre société, notre civilisation, révèle un autre sens du monde, qui n’est pas absurde. Le monde a un sens pour quelqu’un et ce qui paraît absurde à quelqu’un peut être cohérent pour un autre. Un comportement absurde pour certains peut être justifié pour d’autres. Il y a un plan global dans notre monde et il n’est pas absurde, ce qui ne veut pas dire qu’il est juste.

⇒ L’absurde est local à l’échelle d’une vie, d’une ville ou d’un pays, mais l’ensemble du monde fonctionne de façon logique. La machine roule sur ses rails.

⇒ L’absurdité est différente de l’injustice. On trouve le cas de ce qui paraît absurde sur le long terme et qui à court terme se comprend, notamment par rapport à l’organisation des moyens de production. Le capitalisme arrive à se régénérer perpétuellement jusqu’à maintenant. Il traverse des crises qui se résolvent (crise de 1929 jusqu’au New Deal, etc., et les guerres). On assiste à une nouvelle crise actuelle avec la recherche de nouveaux moyens pour en sortir : des logiques à court terme qui aboutissent à des absurdités à long terme, l’important étant que les plus riches s’en sortent et que les pauvres disparaissent. Doit-on aider les pauvres ?

 ⇒ Dans un journal, on a pu lire combien coûtent et combien rapportent les émigrés. Ils rapportent beaucoup en impôts indirects. De plus, les sans-papiers travaillent et cotisent à perte.

 ⇒ La nature a du sens depuis l’origine de l’univers et on peut faire son histoire, mais depuis que l’homme a investi tout l’univers, sa production a-t-elle encore du sens ? L’homme produit-il du sens ? Evoluons-nous vers plus de bien, pour la planète et pour l’humanité ?

 ⇒ Avec le changement climatique, les grandes villes des côtes sont appelées à disparaître avec la montée des eaux des mers. La Terre pourrait aussi disparaître englobée par le Soleil. L’Univers pourrait se rétracter. Notre univers a-t-il alors du sens ?

⇒ Dans le domaine de la santé et de la pharmacie, rien de nouveau n’est apparu depuis les antibiotiques et les anti-rejets. Même pas pour le cancer : dans ce cas, les cellules cancéreuses interagissent avec leurs voisines saines. En principe, les cellules malades se suicident par apoptose au contact des cellules saines, mais pas les cellules cancéreuses. Mais il y a des causes diverses aux cancers et on peut retrouver un bon équilibre personnel qui permette de sortir de certains cancers.

⇒Tout ce qui détruit est absurde.

⇒ Comment les hommes peuvent-ils apporter du sens ? Cela dépend de ce que l’on entend par sens. Soit que tous les hommes vivent heureux, soit que tous les hommes participent à un projet collectif pour plus de civilisation… Mais il y a un sens pour certains, par exemple, dans un projet comme avoir un homme idéal et justifier pour cela l’eugénisme !

 ⇒ Est-ce que l’homme va apporter du sens ? On ne peut pas le dire maintenant.

⇒Il y a perte de sens dans la destruction des êtres et des choses.

  ⇒Le sens peut être plus de civilisation, plus d’humanité, plus d’élévation et de morale, plus d’exigence…

⇒ Garder le sens pourrait être d’être tenté d’exporter la vie ailleurs au-delà de la Terre où la vie serait possible. Et d’élaborer des constructions pour aller au-delà de notre Univers, au-delà du système solaire ailleurs dans l’Univers pour y apporter la vie.

⇒ Tout ce qui va vers la vie aurait du sens et ce qui va vers la mort serait absurde ?

 ⇒ Non, par exemple on existe parce que des étoiles sont mortes et on est fait de leur matière…

 ⇒ Il existe un sens à la mort. Savoir que l’on a une fin nous permet d’agir, de ne pas tout remettre à plus tard…

 ⇒Il y a le côté scienitfique, le côté moral, mais la notion d’absurde, et ce mot, ont été créés par les hommes.

 ⇒ Après une guerre, on a vu apparaître une philosophie de l’absurde, puisqu’il était ⇒difficile d’expliquer le sens de cette guerre.  Les guerres sont un rôle involontaire dans le changement des mentalités et des idées ou des projets humains.

 ⇒ Il existe un raisonnement mathématique par l’absurde qui arrive d’ailleurs à une incohérence.

⇒ L’homme cherche depuis toujours à comprendre son histoire et son environnement. S’il butte sur un problème absurde, il va essayer de résoudre la question et de proposer des solutions sensées.

 ⇒ Avec l’eugénisme, on aurait pu éliminer des gens comme Toulouse-Lautrec ou Esope. Il existe aussi de l’eugénisme intellectuel. L’eugénisme est absurde, car, avec tout être aimé, il peut y avoir de l’intéressant à vivre. Parmi les plus grandes absurdités, il y a celle de laisser dans l’ombre et à l’écart, des génies potentiels, notamment des femmes et des enfants et des personnes non scolarisées et non éduquées, qui pourraient avoir un potentiel intéressant pour l’humanité. Il y a alors perte d’intelligence pour tous.

⇒ Il y a des domaines où il existe des lois autres que physiques pour donner du sens à notre monde : les connaissances en sont différentes des connaissances livresques ou intellectuelles ; par exemple, dans les domaines affectif, intuitif, sensitif, spirituel, mystique ou autres, les lois ne sont pas celles de la physique, à moins de penser que l’homme n’est que neuronal, que l’amour est une compatibilité de phéromones et la poésie un délire !

 ⇒ Nous citons le cas d’un physicien russe, qui, à la suite d’un accident et d’un coma, n’a plus jamais touché à la physique tout en restant toujours aussi intelligent, mais pour d’autres choses plus sensibles et moins rationnelles.

 ⇒     Poème de Florence : Ce monde est-il absurde ?

 Longtemps je me suis levé de bonne heure
Le hic c’est que je ne sais pas pourquoi
Puisque l’avenir promis n’est qu’un leurre
Je finirai dans une caisse en bois
La caravane passe, le chien aboie
Et l’ennemi qui me fera héros
S’est attardé à l’heure de l’apéro
Je peux m’agiter comme un misérable
Zéro plus zéro font toujours zéro
Car les voies du ciel sont impénétrables

 Toute liberté est une gageure
Lorsque le destin me laisse le choix
Je sollicite les voix intérieures
Elles restent coites et moi j’en reste coi
J’aurais beau parcourir tous les sous-bois
Pour décrypter le vol des étourneaux
Lire les horoscopes dans les journaux
Peser le poids de l’impondérable
Je serai seul avec mon lanterneau
Car les voies du ciel sont impénétrables

 Si la main invisible est l’ingénieure
De ce monde qui semble de guingois
Je veux parier sur la part la meilleure
Celle qui joue et gagne à chaque fois
C’est le miroir qui réfléchit, pas moi
J’ai posé mon destin sur un radeau
Il descend la rivière au fil de l’eau
Si j’ai le coup de rame irréprochable
Je gagnerai peut-être l’Eldorado
Car les voies du ciel sont impénétrables

 Ô toi qui ne raisonne qu’ab absurdo
Je veux prier au pied de l’échafaud
Et par l’alibi de l’inexorable
Absoudre mes erreurs et mes défauts
Car les voies du ciel sont impénétrables

 

 

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>