Silence

Silence

Silence… par l’assourdissant déluge
des anathèmes débridés
Par les empathies désabusée qui
déclinent un silence
Par les larmes avalées, trébuchées
sur le perron des illusions
J’ai emprunté la porte dérobée
au cours d’une razzia organisée
par le consistoire d’une histoire
réécrite par des vaincus
Elle m’a transporté loin des vérités
premières, au-delà des rassurants et
confortables pupitres où s’étale la
craie des zéros pointés et des bons points
jamais distribués.
Peut mieux faire ! Pourquoi ? Comment ?
La culpabilité est flagrante pour ne pas
avoir appris des mensonges si réels, si parfaits
Le tableau noir a explosé, les fautes les
plus graves n’étaient pas d’orthographe.

Ecrit et dit par Florence Desvergnes
lors du café-philo de Chevilly-Larue le 17 12 08.
Thème :«Que ne dit-on par le silence? »

 

Cette entrée a été publiée dans Philosophie & Poésie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Silence

  1. Adele dit :

    The new sharing URL is incledibry long. Too long, because of the new Autoplay feature. Please allow users to completely disable this new feature and bring back the old sharing URL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>